Chevesne

Le chevesne ou chevaine (Squalius cephalus ou Leuciscus cephalus) est une espèce de poissons d'eau douce très fréquente en Europe. En France, il est répandu sur tout le territoire hormis le Nord-Pas-de-Calais, la Corse et le Finistère. On le rencontre principalement dans les rivières de deuxième catégorie ainsi que les zones inférieures des rivières de première catégorie. On peut aussi le retrouver jusque dans les lacs de moyenne montagne (lac d'Annecy, lac de Gérardmer…) et les étangs.

  • Description : corps cylindrique et allongé avec de grosses écailles, une tête à front plat avec une bouche large, le dos est généralement foncé (gris-noir) et les flancs brillants ou parfois légèrement dorés. Il peut atteindre la taille de 80 cm pour environ 4 kg. Il est parfois confondu avec la vandoise.
  • Habitat : principalement dans les rivières courantes, il vit généralement entre deux eaux. En été il est souvent près de la surface et proche des berges à la recherche d'insectes alors qu'en hiver il descend vers le fond.
  • Mode de vie : poisson grégaire, se déplaçant en banc, souvent d'individus de même taille.
  • Alimentation : omnivore, il mange pratiquement tout : vers, larves, crustacés, mollusques, insectes, mousses de rivières, fruits, plus rarement petits poissons...
  • Reproduction : d'avril à juin en fonction de la température de l'eau, le mâle a alors à cette époque la tête couverte de petits points blancs.
  • Noms locaux : cabot (Franche-Comté), cabouòt ou cabeda (Aveyron), (Cévennes), meunier, dos noir, chevanne...

Intérêt halieutique professionnel et de subsistance

Poisson d'intérêt économique vivrier dans bon nombre de pays européens (Autriche, Pologne, Pays de l'Est, etc.).

Intérêt halieutique de loisir

En captivité (Subaqueous Vltava, Prague)

Parce qu'il est omnivore et actif toute l'année, ce poisson peut se pêcher de différentes façons:

  • De manière traditionnelle « au coup »,
  • En été, puisqu'il est souvent proche de la surface, « à la mouche » ou « à la surprise » avec une sauterelle, un petit grillon, une cerise ou un grain de sureau. À cette période (surtout après la période de frai), il est également courant de le prendre en pêchant « à la cuiller » ou « au vif ».
  • À la saison froide, avec du fromage ou alors « au sang ».

La défense du chevesne au bout de la ligne est généralement soutenue mais brève puis il se laisse « amener » facilement. Enfin, même s'il est souvent visible en été, le chevesne est un poisson méfiant, le pêcheur doit souvent ruser pour avoir des chances de le capturer. On peut aussi le prendre au vif ou au leurre.

Intérêt culinaire

Depuis quelques décennies, dans les pays ayant perdu une partie de leur savoir-faire culinaire et tournés vers une alimentation industrialisée, le chevesne possède un intérêt gastronomique limité.
À contrario, d'autres pays le considèrent comme nourriture potentielle où il est largement représenté dans la gastronomie locale.

Pour les gros spécimens, certaines l'apprécient farci. Les petits spécimens peuvent être mangés en friture.

 

Date de dernière mise à jour : 27/10/2013

×